Le risque d’adénomes colorectaux est étroitement lié au surpoids

Surpoids

 

Les femmes obèses ont une fois et demi plus de risque de développer un adénome colorectal (tumeur bénigne pouvant dégénérer en cancer), que celles de corpulence « normale ». Telle est l'une des conclusions d'une étude publiée en novembre 2010 par les chercheurs de l'équipe E3N, à partir d'une série de questionnaires envoyés aux participantes de la cohorte E3N. 

Parmi elles, 17 391 femmes ayant passé au moins une coloscopie entre 1993 et 2002 ont constitué le cœur de l'échantillon. Des adénomes au niveau du côlon ou du rectum avaient été repérés chez 1 408 d'entre elles. L'analyse statistique a ensuite étudié si des facteurs anthropométriques différenciaient les 1 408 femmes, chez lesquelles un adénome avait été diagnostiqué à la coloscopie, des autres ayant un côlon sain.

Résultats

Une prise de poids supérieure à 500 grammes par an augmentait de 23 % le risque de développer un adénome. Par ailleurs, le côlon gauche (ou côlon descendant) s'avérait être bien plus sensible que le côlon droit (côlon ascendant et transverse) ou le rectum, aux effets du surpoids ou de l'obésité. Côlon droit et côlon gauche constitueraient de ce fait des entités bien plus distinctes que ce que l'on pensait jusqu'alors, soumises à des mécanismes différents pouvant conduire au développement d'adénomes.

L'étude révélait également que c'est essentiellement l'accumulation de graisse au niveau abdominal qui serait néfaste, plutôt qu'au niveau des fesses ou des hanches.

Pour en savoir plus, cliquez ici : icone pdf