Alimentation et soleil : quel lien avec le cancer du sein ?

Une alimentation riche en vitamine D associée à une exposition au soleil régulière diminuerait le risque de développer un cancer du sein.

Les médecins déconseillent les expositions au soleil trop fréquentes, notamment à cause du risque accru de développer un cancer de la peau. Mais s'exposer de temps en temps au soleil a tout de même quelques vertus, dont celle de synthétiser de la vitamine D. Cette vitamine est majoritairement produite au niveau de la peau, sous l'influence des rayons UVB. Elle est également apportée par certains aliments.

Joue-t-elle un rôle dans le cancer du sein ? Les biologistes le soupçonnent depuis plusieurs années. L'équipe E3N a montré, sur 67 721 femmes suivies pendant 10 ans, dont 2 871 ont développé un cancer du sein, que ce lien existe. Les chercheurs n'ont pas mis en évidence d'effet d'une alimentation riche en vitamine D seule. Une diminution du risque de cancer du sein n'était observée que chez les femmes ménopausées consommant une alimentation riche en vitamine D et vivant dans les régions particulièrement ensoleillées.

Il est malheureusement difficile pour beaucoup de femmes ménopausées habitant dans les latitudes où le soleil est moins fréquent, de dépasser le seuil de vitamine D requis pour diminuer le risque de développer un cancer du sein.

Les chercheurs E3N plaident pour une réévaluation des recommandations formulées par l'Anses concernant la vitamine D, car ses bénéfices pourraient dépasser le cadre seul de la santé osseuse. Ces recommandations devraient idéalement trouver un compromis entre une exposition au soleil modérée, une alimentation équilibrée et une supplémentation pharmacologique adaptée, quitte à goûter à nouveau à l'huile de foie de morue de notre enfance.

Pour en savoir plus, cliquez ici : icone pdf