L’après-traitement contre la ménopause : le sur-risque de cancer du sein persiste

Mai 2014

ComprimesDepuis une dizaine d’années, il est reconnu que certains traitements hormonaux de la ménopause (THM) estro-progestatifs sont associés à une augmentation du risque de cancer du sein. Des études ont néanmoins suggéré une atténuation rapide de ce sur-risque voire même sa disparition au bout de 2 à 5 ans si les patientes stoppaient leur traitement. Cependant, des questions demeurent sur cette atténuation, sur son lien avec la durée initiale du traitement et avec le type de molécules administrées. L’équipe E3N a étudié ces questions.

Dans une étude parue en avril 2014, les chercheurs ont réussi à mettre en évidence que les femmes mises sous THM ont encore, plusieurs années après l’arrêt de leur traitement, un risque d’avoir un cancer du sein supérieur aux femmes n’en ayant jamais pris. Ce risque s’appliquerait uniquement pour les femmes ayant été traitées sur une longue durée, soit plus de 5 années, avec un THM combinant un estrogène et un progestatif autre que la progestérone micronisée ou que la dydrogestérone.

« Notre étude révèle que si le risque d’avoir un cancer du sein est deux fois plus important pour les femmes au moment de leur traitement, il  reste encore 1,4 fois plus important dans les 5 ans suivant l’interruption du traitement ainsi que dans les 5 à 10 ans après. Au-delà de 10 années d’arrêt, le risque était toujours plus élevé pour les femmes traitées mais les résultats portaient sur un effectif et une significativité statistique trop faibles » explique Agnès Fournier.

L’équipe conclut ce travail en disant que « des études complémentaires sont nécessaires » pour préciser la durée de la persistance de ce sur-risque au cours du temps.

Pour en savoir plus :

La brève de l’Inserm : http://presse-inserm.fr/lapres-traitement-contre-la-menopause-le-sur-risque-de-cancer-du-sein-persiste/12608/

L’article scientifique : icone pdf